WiFi en 2006

Une année entière est passée et comme vous, je pense, on ne l’a pas vue passer. Le train va trop vite. Mais il faut faire fi de la nostalgie car comme souvent avec Apple, le meilleur est à venir (the best is yet to come ainsi que le veut la formule américaine).

À NausicaMedia nous n’avons qu’un regret en 2005. Nous n’en avons pas parlé parce que ça ce n’est pas fait, mais bon à l’heure des bilans, je pense qu’on peut le dire…

Le WiFi accessible à tous, gratuitement, dans un endroit central de Paris où les jeunes sont nombreux… C’était notre grand rêve et nous ne l’avons pas réalisé. Mais comme Apple est en train de planifier une mise en place d’un réseau Wifi en Angleterre, le rêve deviendra peut-être réalité…

J’avais rencontré fin 2004, un responsable du Sénat, proche du Président Monsieur Poncelet. Il avait accueilli ma proposition d’une oreille très attentive ce qui m’avait laissé penser que le projet allait se réaliser. Installer un immense réseau WiFi dans le Jardin du Luxembourg ! Avec la société MCL Samar, nous avons sillonné le Jardin du Luxembourg afin de trouver les meilleurs emplacements, travailler sur des plans, rechercher des partenariats avec Apple et Easynet pour installer nos bornes AirPort un peu partout dans les arbres, en creusant de petites ravines pour cacher les câbles… Et puis (nous étions en période d’élection au Sénat) plus rien, plus de nouvelles radio. Si le Jardin du Luxembourg nous semblait idéal au vu de son emplacement et de sa population (après tout le Jardin du Luxembourg n’est-il pas le seul campus dans Paris avec toutes les institutions scolaires l’entourant ?).

Le budget était ridicule, tout était serré au maximum (15 000 euros pour l’achat du matériel, l’installation complète bornes et câblage, la gestion, la sécurisation du réseau via un serveur et 800 euros mensuels de maintenance et de frais de la ligne SDSL du fournisseur d’accès). Une misère pour le Sénat. Mais peut-être une misère pas assez porteuse en terme d’images. Et surtout totalement gratuite. Car l’idée était là. Internet est maintenant une pièce constitutive de la démocratie, donc Internet ne doit plus être à la charge de l’utilisateur mais des collectivités locales ou nationales, en l’occurrence.

Quand la communication fut rompue, nous ne nous sommes pas découragés et avons évolué géographiquement parlant. Nous voulions installer ce réseau Place du Panthéon. Monsieur le Maire du 5ème arrondissement, Monsieur Tiberi, n’a malheureusement pas donné suite au projet. Pas plus que Monsieur le Maire du 6ème arrondissement puisqu’ensuite nous nous sommes rabattus sur la Place Saint Sulpice… Bon nous n’allions pas faire tous les arrondissements de Paris. Le temps n’était pas venu, sans doute.

Pourtant ce projet d’Internet gratuit continue de me trotter dans la tête. Un jour quelqu’un de plus puissant que NausicaMedia l’imposera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.