Archive for author

La Française d’Images choisi MatrixStore pour gérer ses archives

La Française d’Images a choisi d’étendre l’utilisation de MatrixStore à la gestion de son archive patrimoniale ! La Française d’Images est en charge de la réalisation, de la post-production et de la diffusion des programmes du principal opérateur français de jeux de loterie.
La croissance exponentielle du catalogue de contenus et les nouvelles demandes émanants des équipes internes ont mis en exergue les limites du dispositif d’archivage existant, qui n’était plus adapté.
Après une première expérience fructueuse pour réaliser le stockage nearline des productions, le groupe a choisi de placer MatrixStore (cloud privé orienté média) au cœur de sa stratégie patrimoniale.

 

“ Nous étions à la recherche d’une solution fiable et scalable pour numériser notre fond patrimonial sur cassettes et optimiser nos coûts d’exploitation. Notre première expérience avec MatrixStore était indéniablement un succès. Il s’agit d’une offre rare qui combine un niveau très élevé de sécurité et de flexibilité associé à une API orientée média. Conduire sereinement ce type de projets stratégiques d’entreprise nécessite de pouvoir se fier pleinement à la solution retenue, c’est pourquoi nous n’avons pas hésité à choisir MatrixStore. « 

Nabil Bouchiba, Directeur Technique de la Française d’Images.

Pas de commentaires

Avec Object-Matrix, un système de cloud privé

Même si Object-Matrix semble plus tailler pour héberger vos projets digitaux, cela reste son cœur de cible, il est possible avec un cluster d’exécuter des sauvegardes et de les savoir prêtes à être restaurées. Le MatrixStore développé par Object-Matrix est le plus performant et le plus efficace système de stockage de cloud privé disponible de nos jours.

Que recherche-t-on lorsqu’on fait une sauvegarde ? Quel est le but ultime d’une sauvegarde ? Pouvoir être restauré. Permettre le temps d’inactivité le plus bas possible. Tout dépend bien sûr de la quantité de données à restaurer, mais le temps d’inactivité est ce qui permet de savoir si un système de sauvegarde et donc restauration est efficace ou non.

Object-Matrix, le système venu du Pays de Gales, là où la langue est magique et nous fait pénétrer dans les replis du Seigneur des Anneaux (il m’est presque possible d’écouter des Gallois parler gallois tant la poésie sonore de cette langue est sans égal), est un cluster qui se présente sous deux formes : le MatrixStore Quattro et le MatrixStore Enterprise. Le premier existe de 24TB à 128TB et le Enterprise va de 15TB à des Petabytes. Les deux modèles permettent la duplication et peuvent donc multiplier par deux les chances de retrouver ses données, le modèle Entreprise permet lui en plus de mettre en place un RAID6 !

Le MatrixStore n’est pas un NAS et ce n’est pas un SAN… le système MatrixStore est unique en son genre, car il dispose de particularité de tous les systèmes énumérés ci-dessus. Le MatrixStore est un cluster dont les réglages se font via l’application MatrixStore Admin. Dans cette application, on pourra créer des vaults (coffres-forts) en copie seule ou double, auxquels on assigne des utilisateurs avec les utilisations voulues. Le système est ingénieux, pratique, efficace, simplissime.

 

MatrixStore se rapproche beaucoup des configurations des fournisseurs de services dans le cloud.

Ici l’exemple d’un MatrixStore Quattro, avec quatre disques de 8 To où l’on peut voir les quatre interfaces réseau.

Le logiciel Syncovery véritable couteau suisse de la synchronisation fonctionne très bien avec un MatrixStore et est d’ailleurs recommandé par Objet-Matrix. Archiware est un autre logiciel extrêmement performant permettant de réaliser des archivages, des synchronisations ou des sauvegardes sur un MatrixStore. Les disques montés visibles sur cette capture d’écran le sont via le logiciel MatrixStore Volume Manager qui couplé à FUSE for macOS permet de monter les vaults comme volumes.

Pas de commentaires

Configurer le service de cache dans macOS High Sierra

High Sierra voit le service de mise en Cache déplacé hors de macOS Serveur, sur le client macOS. Cela signifie que les administrateurs n’ont plus besoin d’exécuter l’application Server pour disposer d’un serveur de cache. Compte tenu du fait que le service de mise en Cache garde seulement les données volatiles facilement recréées par la mise en cache des mises à jour, il n’interagit pas non plus avec des utilisateurs ou des groupes, il est donc facilement détaché de l’application Server.

Et la configuration du service de mise en Cache n’a jamais été aussi facile. Pour ce faire, ouvrez Préférences Système et cliquez sur le Système de Partage de la sous-fenêtre des Préférences.

(suite…)

Pas de commentaires

Vérifier la version EFI du Mac

Charles Edge avait écrit un vérificateur de version EFI. Mais le brillant Andrew Seago lui a envoyé un texto, un nouveau script meilleur que le sien. Le voici :

current_efi_version=/usr/libexec/efiupdater | grep "Raw" | cut -d ':' -f2 | sed 's/ //'
echo "current_efi_version $current_efi_version"
latest_efi_version=ls -La /usr/libexec/firmwarecheckers/eficheck/EFIAllowListShipping.bundle/allowlists/ | grep "$current_efi_version"
echo "latest_efi_version $latest_efi_version"
if [ "$latest_efi_version" == "" ]; then
echo "EFI FAILED"
exit 1
else
echo "EFI PASSED"
exit 0
fi

 

 

Cet article a paru sur Krypted, le 2 novembre 2017.

Pas de commentaires

FileCloud 15 : Dossiers d’équipe, Recherche fulgurante, notifications

FileCloud 15. Une mise à jour monumentale ! FileCloud a repensé son système de partage de documents de fond en comble. En s’obligeant à vivre l’expérience d’un utilisateur de FileCloud. Beaucoup d’éditeurs veulent imposer à leurs utilisateurs une façon de travailler, FileCloud a plutôt voulu se mettre dans la peau de l’utilisateur et comprendre comment lui faciliter la vie avec l’objectif de rendre le partage de fichiers dans l’entreprise ou d’entreprise à entreprise le plus simple, intuitif et sûr possible. En voulant aussi continuer d’avoir un produit extrêmement simple d’utilisation et disposant d’une sécurité renforcée face aux menaces de plus en plus diverses rencontrées sur Internet.

FileCloud 15 offre les dossiers d’équipe, une nouvelle recherche extrêmement rapide et performante, des notifications à la Facebook, un tableau de bord complètement revu et complet, de nouvelles applications de synchronisation, la possibilité de déploiement en masse, des analyses et le support pour php7.

(suite…)

Pas de commentaires

La nouvelle vue Équipe de Daylite

Si vous rêviez de mieux voir la progression de vos équipes dans leur travail, voici la vue Équipe dans Daylite 6.1.

Vous pouvez ainsi jouer sur les différentes « équipes » que vous créez dans l’onglet Équipes des préférences Utilisateurs et Équipes, surtout si vous avez beaucoup d’employés, si vous êtes une petite structure, vous pourrez choisir « Tout le monde » pour avoir une vue de l’ensemble de votre personnel.

MarketCircle a créé la vue Équipe afin de voir facilement sur quoi travaille chacun dans l’entreprise — sans avoir besoin de l’interrompre.

La vue Équipes vous permet en un coup d’œil de voir l’ensemble des rendez-vous du jour des équipes de vente ou de design, la durée totale de ces rendez-vous, leurs tâches dues, et ce qu’ils ont mis dans leur Liste de travail. Vous pouvez aussi voir leurs rendez-vous, leurs tâches, leurs projets et leurs opportunités à venir.

La jauge de vos équipes

La vue Équipe permet de voir la jauge d’occupation de votre équipe. Vous pouvez utiliser la vue Équipe pour voir la charge de travail de quelqu’un avant de lui déléguer une tâche ou de prévoir un rendez-vous avec lui.

Vous assurez du bon usage de Daylite par votre équipe

La vue Équipe vous permet aussi de voir si votre équipe utilise Daylite avec efficacité, car vous pourrez voir comment est utilisée la Liste de travail et si leurs rendez-vous sont bien notés.

Prenons comme exemple que vous vous rendez compte que les membres de votre équipe mettent beaucoup trop de tâches dans la Liste de travail (et qu’ils seront donc dans l’incapacité de faire dans le temps impartie). Vous pourrez les encourager à limiter leur Liste de travail aux 3-4 priorités du jour ainsi ils apprendront à se concentrer en établissant des priorités.

Un autre exemple est d’être sûr que les rendez-vous disposent d’une catégorie, ainsi vous serez à même de savoir où votre équipe dépense ses forces, mais aussi d’avoir un rapport précis de leurs activités.

Sélectionner une équipe

Quand vous êtes dans la vue Équipe, vous pouvez sélectionnez quelle équipe vous voulez voir — si vous voulez voir l’équipe de vente, l’équipe de design ou l’équipe commerciale. Et vous pouvez passer d’une équipe à l’autre en un clic.

Si vous cliquez sur Ajouter un utilisateur, l’équipe sera changée automatiquement et enregistrée. La vue équipe utilise les mêmes règles que les préférences de sécurité. Si quelqu’un de votre équipe a un rendez-vous réglé sur privé, vous ne pourrez pas voir ses détails.

En tant que responsable, c’est une bonne pratique de vous habituer à vérifier la vue Équipe afin de connaître les routines de vos employés chaque matin. Vous pouvez vérifier rapidement les priorités des uns et des autres et surtout si elles correspondent aux objectifs de l’entreprise.

Communiquer avec une équipe

Depuis la vue Équipe, vous pouvez écrire un courriel à chacune des personnes de l’équipe en un clic. Choisissez seulement le bouton « Écrire un e-mail » et il ouvrira un nouveau courriel en ayant pris soin d’ajouter toute l’équipe en copie.

Planifier une réunion avec une équipe

De la même façon que vous écrivez un courriel à chacune des personnes de l’équipe, vous pouvez planifier une réunion avec toute l’équipe. Depuis la vue Équipe, sélectionnez « New Meeting » (traduction à venir ;-)) et cela ouvrira une nouvelle fenêtre de réunion dans Daylite et liera automatiquement chacun à cette réunion. Cela vous fera gagner du temps plutôt que d’inviter manuellement chaque personne de l’équipe.

 

Passer en mode calendrier

Les rendez-vous dans la vue Équipe sont listés sous chaque personne, si vous désirez les voir dans le calendrier de manière à avoir une vue du planning de l’équipe, vous aurez juste à cliquer sur le bouton « View Calendar » (traduction à venir ;-)) et vous verrez le calendrier qui vous montrera automatiquement la liste filtrée de chaque membre de l’équipe.

Avec la vue Équipe, vous pouvez rapidement vérifier sur quoi votre équipe est en train de travailler aussi facilement que de planifier une réunion ou de leur écrire un courriel.

La vue Équipe n’est disponible qu’avec la version 6.1 de Daylite ou supérieure.

Pas de commentaires

Vider les caches de macOS

Les caches sur un ordinateur sont bien utiles. Ils travaillent dans l’ombre. On ne peut pas les convoquer. Ils nous font pourtant gagner un temps fou tout au long de la journée. Ils s’avèrent particulièrement actifs lorsque nous naviguons sur Internet. Les pages où nous allons et revenons s’ouvrent ainsi très rapidement parce qu’ils sont gardés en cache par Safari ou Chrome. Mais au-delà de la navigation sur Internet, toutes les applications bénéficient de la mise en cache réalisée par macOS.

Si la mise en cache est un outil formidable qui nous permet de gagner beaucoup de temps dans nos tâches quotidiennes, il arrive aussi qu’elle s’emberlificote, qu’elle se confonde, se trompe et se « prenne les pieds dans le tapis ». Cela revient à avoir des caches corrompus, ne sachant plus très bien qui ils sont et ce qu’ils nous présentent. C’est ainsi que l’on supprimera les caches afin qu’ils reprennent leur tâche à zéro et se régénèrent.

Cette action peut se révéler particulièrement utile concernant Daylite. Quelquefois, vous travaillez sur Daylite à votre bureau, puis vous rentrez chez vous et recommencez à travailler. Daylite garde alors le cache de ce que vous avez fait successivement tout en le liant à votre ordinateur et à différents moments. Quand vous retournez au bureau, Daylite refuse de synchroniser. Catastrophe ! En fait, le cache de Daylite pourrait très bien être le problème (et il le sera bien souvent). Deux solutions s’offrent à vous pour supprimer le cache :

1/ Vous rendre dans le menu Aller du Finder et choisir Aller au dossier… et taper :

~/Bibliothèque/

Taper entrer sur le clavier, vous êtes dans la bibliothèque. Aller dans le dossier Cache et cherchez le dossier com.marketcircle.daylite et mettez-le à la corbeille.

Attention, redémarrer l’ordinateur ! Toujours ! Immédiatement ! Ne jetez jamais des caches sans redémarrer avant tout autre chose.

2/ Plus rapide, pour un résultat similaire, vous pouvez taper directement dans le terminal (Applications/Utilitaires/Terminal) :

sudo rm — rf ~/Bibliothèque/Caches/com.marketcircle.daylite

Taper entrer sur le clavier, et redémarrer immédiatement.

Évidemment cette action peut aussi s’avérer utile pour d’autres applications que Daylite !

Pas de commentaires

Le menu contact de WatchmanMonitoring

Lorsque vous avez un abonnement à WatchmanMonitoring, la formidable solution de surveillance des ordinateurs (Mac, Linux, Windows), vous pouvez créer un menu contact pour vos clients afin qu’ils vous aient des accès directs à des informations utiles.

(suite…)

Pas de commentaires

Présentation de FileCloud Drive

Depuis quelques semaines, FileCloud a été mis à jour en version 14 ce qui offre une fonction qui n’existait jusqu’à présent que dans la version Windows, le FileCloudDrive. Il existe donc à présent deux applications : FileCloudSync et FileCloudDrive.

(suite…)

Pas de commentaires

Nous sommes tous des robots !

L’inquiétude a grandi. Les regards se sont abaissés cherchant un refuge inatteignable. Lee Sedol venait de perdre contre Alphago. Alphago? Un programme, une expérimentation, l’intelligence artificielle… en un mot, un robot. Vous pouvez l’appeler comme vous voulez, en dire ce que vous voulez, mais il ne sert à rien de tourner autour du pot, Alphago est un robot, et compter les microprocesseurs ou les cores qui le composent n’y change rien. C’est un robot. Une machine, quoi ! Peu de temps auparavant, les robots de Boston Dynamics se dressaient en rang serré et s’apprêtaient à nous remplacer pour de bon. La messe était dite.

Et puis à la troisième partie, Lee Sedol a battu Alphago et la machine a chancelé. Le go est le jeu de société le plus humain qui soit, il implique l’humain tout entier avec sa sensibilité et son intelligence, il ne s’agit pas que de statistiques ou de calcul… Alors ? Alphago montrera qu’il a du répondant. Il étonnera la planète Go. Il gagnera 4-1 contre le champion coréen qui avant le tournoi pensait gagner avec aise. Pourquoi étions-nous inquiets soudain de cette victoire de la machine ? Parce qu’il s’agissait d’un jeu unique bien sûr, mais aussi parce que nous avions l’habitude de voir les robots comme des aides, dédiés à des tâches ingrates comme porter des charges lourdes, assurer la logistique, mais, n’entravant en rien notre intelligence supérieure. Des serviteurs tout au plus. Et puis Alphago s’avança et détruisit cette belle confiance. Lee Sedol champion réputé se trouva dévasté par la superbe de la machine. Les trois premières parties, le champion a été coupé en pièce par les coups extraordinaires de l’ordinateur. Et à la quatrième partie, la seule gagnée par Lee Sedol, ce dernier réussit à son tour un coup extraordinaire montrant une fragilité dans la cuirasse du robot. Le mot important est extraordinaire. Si l’on cesse de s’extasier, on peut, on devrait, le traduire avec du recul par improbable. En l’occurrence qui relève de l’intuition.

Le mot change avec les époques, d’abord mécanisation, machinisation, robotisation, intelligence artificielle… Comment nommerons-nous l’avenir? Espérons qu’il ne se nomme lui-même… Pendant longtemps, la question a été de savoir ce que le robot pouvait être sans l’homme (lire : pouvait espérer être sans l’homme), et puis, soudain, la question se transforme : qu’est-ce que l’homme peut être sans le robot ? Et l’homme de commencer à s’inquiéter du robot, de sa prise de pouvoir… Perdu dans nos discussions sur les goûts et les couleurs des uns et des autres, notre vision s’est sclérosée, non pas comme nous avons coutume de le répéter et comme il existe des bibliothèques de sociologie pleines à craquer, en faisant croire que c’est la culture, notre éducation, qui nous a conditionnées. Non pas que l’éducation que nous recevons ne nous conditionne, même si le mot semble mal choisi, mais il ne tient qu’à nous de créer l’alchimie entre notre nature (pour ce que nous en savons) et notre culture (pour ce que nous en comprenons). L’alchimie brouille les pistes. La première alchimie, celle de vivre et de découvrir notre nature et de la confronter à l’éducation que nous recevons et au monde autour de nous. Et l’alchimie de digérer ce que nous apprenons, de le trier et de le dépasser pour atteindre une forme de connaissance que les uns ou les autres appellent nirvana, éveil ou épiphanie…

Devons-nous craindre les robots alors que bien souvent nous sommes les premiers robots? Ne sommes-nous pas tout à fait capables de nous complaire dans des habitudes, des complaisances, du confort mou qui nous permettent de ne pas réfléchir et de nous endormir? Nous préférons nous enferrer dans des discussions stériles, des débats abscons sur la lutte des générations (quand nous cherchons à être hégéliens à la place d’Hegel et voulons rejouer éternellement le maître et le serviteur), la faute des parents ou de toute autre forme d’autorité ou institution (parce que cet anathème permet de ne surtout pas affronter son intériorité et de continuer à claironner ce qui fait figure d’esprit indépendant et libre quand il s’agit en fait d’un nouveau carcan que l’on s’inflige et dont on ne saura bientôt plus se libérer). Même pas peur des robots ! Et pour cause, nous sommes des robots ! Nous sommes les meilleurs robots du monde. Nous n’avons en rien besoin des robots pour être d’excellents robots ! Le rapport que nous avons avec la liberté est si incertain, si immature, si obscurci. Alors nous préférons mille valeurs « inférieures » (sont-elles même des valeurs, l’intérêt de la valeur n’est-il pas de nous élever, comme individu et comme communauté ?), car la liberté nous paraît toujours trop haute, toujours trop lointaine. Nous attendons éternellement une permission à la liberté, et c’est bien là que nous sommes des robots, car nous sommes des êtres de liberté, faits pour la liberté, épris de liberté. Mais il s’agit aussi d’un amour impossible, comme deux amants qui ne cessent de se tourner autour sans jamais oser s’adresser la parole alors qu’ils se consument dans l’absence l’un de l’autre. Que nous faudrait-il pour retrouver le sens de la liberté ? Il apparaît si évident qu’il ne dépend que de nous… ou des robots ? En effet, Lee Sedol à la quatrième partie sembla soudain revenir de sa surprise des premières parties et son coup fulgurant, ce coup 78, a immobilisé Alphago. Il l’a figé. Alphago n’a eu d’issue que de jeter l’éponge. Et c’est bien là, un nouveau tour de force de l’homme, un tour de force qui dit son avenir proche et lointain, un tour de force qui définit son éternité : il invente un super robot capable de l’imiter, capable de le battre même et capable de le remettre en question, à défaut de se remettre en question lui-même, il invente celui qui pourra le sortir de lui-même, le libérer des oripeaux dont il s’accoutre et lui rappeler qui il est. Vraiment.

«Il est bien des merveilles en ce monde, il n’en est pas de plus grande que l’homme.»

Pas de commentaires