novembre 2013

Les nouveaux prix de LightSpeed

4-LightSpeed-Family-Wide

Le 3 décembre 2013, LightSpeed adoptera un nouveau modèle de licences fondé sur le modèle de leur offre Cloud (qui n’est pas disponible pour l’Europe et il n’existe pas de dates de disponibilité pour l’instant). Ce nouveau modèle disponible en abonnement mensuel ou annuel s’établit comme suit :

Basique

70€/mois (si abonnement annuel)

1 utilisateur

80€/mois (si abonnement mensuel)

Moyen

128€/mois (si abonnement annuel)

2 utilisateurs (inclut le multi-store)

140€/mois (si abonnement mensuel)

Ultime

214€/mois (si abonnement annuel)

4 utilisateurs (inclut le multi-store)

249€/mois (si abonnement mensuel)

Utilisateurs additionnels peuvent être ajoutées au prix de 42€/mois, par utilisateur

eCommerce peut être ajouté pour 42€/mois si abonnement annuel (56€/mois si abonnement mensuel)

Concernant les clients existants :

  •  Si vous êtes un client utilisant un plan de maintenance actif, aussi longtemps que celui-ci reste actif, vous continuez à payer le même prix.
  • Si vous êtes un client souhaitant ajouter des utilisateurs à une licence existante, vous pouvez utiliser l’ancien modèle de licences qui reste actif pour tous les utilisateurs existants (aussi longtemps que vous avez un plan de maintenance actif).
  • Si vous êtes un client existant décidant de prendre le module eCommerce vous pouvez le faire suivant l’ancien modèle.
  • Si vous êtes un client existant qui souhaite acheter une nouvelle licence pour un nouvel établissement alors vous passez sur le nouveau modèle de licences.

Concernant le nouveau modèle de licences :

  • Le Multi-Store Pro qui était une option payante auparavant devient intégré aux deux abonnements Moyen et Grand.
  • Si vous souhaitez ajouter des utilisateurs et que vous avez un plan Basique ou Moyen, il vous faut passer à l’abonnement supérieur. Si vous avez un abonnement Ultime, vous pouvez ajouter des utilisateurs au prix de 42€/mois.
  • Le eCommerce est disponible pour 42€/mois. Il peut toujours se connecter à Magento ou au WebStore de LightSpeed.
  • Un plan de maintenance est maintenant inclus dans chaque abonnement et est donc valable le temps que l’abonnement est actif.
Pas de commentaires

LightSpeed change de modèle économique !

LightSpeed sur iPad

LightSpeed sur iPad

 

À partir du 1er décembre 2013, LightSpeed va homogénéiser sa grille de prix et les clients LightSpeed Pro paieront sous forme de souscription. Le modèle sera donc similaire à LightSpeed Cloud et sera prélevé mensuellement ou annuellement.

Ajout du 22 novembre 2013.

Les prix de LightSpeed devraient sensiblement copier ceux de la version Cloud !

Pas de commentaires

AFP dans Mavericks, aurevoir ou adieu ?

Non, AFP n’est pas mort ! AFP est toujours là et fait bien partie de Mavericks.

Voici  le résultat du Partage qui montre afp :

List of Share Points
name: Emmanuel Lauhon’s Public Folder
path: /Users/krypted/Public
afp: {
name: Emmanuel Lauhon’s Public Folder
shared: 1
guest access: 1
inherit perms: 0
}

Se Connecter au serveur en utilisant afp :

AFP/SMB

SMB est maintenant le protocole par défaut. Si vous ouvrez le dialogue Se connecter au serveur… et que vous n’utilisez pas le chemin afp:// et bien vous serez routé en SMB. Il est facile de constater qu’il y a plus de développement pour le protocole SMB que afp. Mais afp n’est pas encore mort… Juste entre la vie et la mort.

Cet article a paru sur Krypted, le 24 octobre 2013.

Pas de commentaires

Créer un media d’installation Mavericks

Créer un media d’installation bootable est l’une des façons les plus rapide d’installer Mavericks. Plutôt qu’une copie de l’installateur sur une clé local, vous pouvez le lancer directement depuis une clef ou un disque USB (ou Thunderbolt si vous osez). Un petit disque USB  sera l’équivalent des petites clés livrés auparavant avec les MacBook Air, quand nous étions tous assis à nous demander comment installer l’OS sans lecteur de disque optique ou Ethernet. Heureusement Apple, nous aime.

Pour créer un disque bootable de Mavericks, il vous faut d’abord donner un nom à votre disque. J’utilise mavinstall pour les besoins de cet article. Le format devra être Mac OS Etendu journalisé. L’installateur s’appelle Install OS X Mavericks.app et est par défaut situé dans le dossier /Applications. Dans ce package, il y a un nouveau binary appelé createinstallmedia (à l’intérieur de Contents/Resources).

Bootable MavericksEn utilisant ce binary, vous pouvez créer un disque d’installation (similaire à celui que nous utilisions avec InstallESD). Pour se faire, spécifiez -volume pour créer le disque (le disque cible sera effacé), le chemin du package Install OS X Mavericks et alors nous sélectionnerons -nointeraction afin qu’il réalise l’action complètement.

/Applications/Install OS X Mavericks.app/Contents/Resources/createinstallmedia –volume /Volumes/mavinstall –applicationpath /Applications/Install OS X Mavericks.app –nointeraction

Note : Vous devrez vous authentifier pour réaliser cette action en tant que Root.

Une fois lancez vous verrez qu’il efface le disque, copie les matériaux nécessaire à l’installation (InstallESX, etc.) et qu’il rend le disque bootable, comme suit :

Erasing Disk: 0%… 10%… 20%… 100%…
Copying installer files to disk…
Copy complete.
Making disk bootable…
Copying boot files…
Copy complete.

Vous pouvez alors sélectionner le nouveau volume dans le panneau de Préférences Système comme volume de démarrage ou redémarrer en appuyant sur la touche Option (alt) de votre clavier.

Note : Si vous avez pouvez réaliser cela sur un système installé sur un SSD ce sera plus rapide. Sur mon système cela a pris 17 minutes, le temps que tous les fichiers soient copiés.

Cet article a paru sur Krypted , le 24 octobre 2013.

Pas de commentaires

Configurer les répliques Open Directory dans Mavericks Server

Une réplique d’Open Directory garde en mémoire une copie de la base de données Open Directory disponible pour les utilisateurs même si la base Maître est indisponible. Mais il peut aussi prendre une partie de la charge qui repose sur le Maître Open Directory, par exemple vous pouvez régler les répliques de manière à ce que la charge soit équilibrée entre plusieurs d’entre elles. Pour bien commencer avec les répliques d’Open Directory, il faut d’abord activer SSH qui est maintenant désactivé par défaut.

Ensuite, utilisez la commande changeip afin de vérifier le nom d’hôte. Même si l’application Server est assez calme, il lui arrive de mettre en cache des éléments que vous ne souhaitez pas ou ne pensez avoir en cache. Pour être sûr que le serveur a une adresse et un bon DNS, je vous recommande d’utiliser changeip :

sudo changeip -checkhostname

L’adresse et le nom d’hôte doivent s’afficher correctement et correspondre tel qu’indiqué ci-dessous :

Primary address = 10.0.0.1

Current HostName = odr.pretendco.lan
DNS HostName = pretendco.lan

The names match. There is nothing to change.

dirserv:success = “success”

Maintenant que nous savons que tout est en règle au sujet du hostname, nous allons utiliser la commande slapconfig pour prévoir ce que sera la réplique en production. La syntaxe est identique à la syntaxe de -createreplica, utilisée comme suit, nous allons partir du principe que l’adresse du serveur Maître est 172.16.2.23 :

/usr/sbin/slapconfig -preflightreplica 172.16.2.23 diradmin

Si le serveur est prêt, ouvrez l’application Server sur un MacMini nouvellement installé dont vous voulez faire une réplique.

Puis cliquez sur le Service Open Directory qui se trouve maintenant dans la rubrique Avancé

OpenDirectory (suite…)

Pas de commentaires